Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
3.jpg
AccueilAgenda 2017Informations récentesContactHistoriqueLina Ritter rencontresEntomologie (papillons)Emile StorckInfos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceLa vie de l'associationBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs, compositeurs indexLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique L'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'OrAdministration
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg2.jpg4.jpg5.jpg6.jpg7.jpg8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg florival informatique.png7.jpg
"Très juste! Si Dieu n'était pas l'indulgence en personne, je te verrais plutôt parmi les diables que chez les séraphins. En tout cas tu méritais amplement le purgatoire. Mais tu as de la chance, les Alsaciens en sont pratiquement dispensés. Ce sont des gens à problème. Sur terre aussi bien que dans l'au-delà. Ils en posent même au Bon Dieu. Ils ont le cœur trop généreux pour qu'on les expédie en enfer. Mais ils ont la bouche trop gourmande et l'âme trop polissonne pour être admis au paradis sans expiation. Il y aussi leur côté Hàns ìm Schnokeloch, je veux dire leur penchant pour les situations ambiguës." Jean Egen - Saint Nicolas raconté par un ami de son âne"Gànz rìchtig ! Wenn Gott nìt d' Gnàd ìn Person war, dat ìch ich ender bi da Deifel gsah àss bi da Seràpher. Uf àlli Fall, verdiensch dü vu witem s Fagfiir. Àwer da hàsch hàlt Chance, dElsasser sìn pràcktisch dervu dispensiert. As sìn Litt mìt Problemer, hàt d'r Esel gsait.So güet uf Arde wie ìm Jensits. Salbscht ìm Liewe Gott màche sie. Sie han a züe güet Harz fer àss ma sie ìn d'Hell schìckt. Àwer sie han a züe schlackrig Mül un a züe lietrigi Seel fer ohne Büeß, direkt ìm Pàràdis ufgnumme zware. As ìsch àui noch ìhri Hàns ìm Schnockeloch-Sit, ìch mein ìhre Penchant fer zweiditigi Situàtione. "
Jean Egen- D'r Sànti Klaus gschìldert dur a Frìnd vu sim Esel
Une certaine idée de l'Alsace et des Alsaciens
par quelques auteurs florivaliens
« Bien sûr qu'ils sont français, les Alsaciens. Ils sont français comme les baleines sont mammifères. Mais la baleine vit dans un autre milieu que le tigre ou la girafe. Le Français d'Alsace vit dans une autre ambiance que celui de la Touraine ou du Poitou. On pourrait dire : l'Alsacien est un Français qui ne peut s'épanouir qu'en milieu germanique comme la baleine est un mammifère qui ne peut vivre que parmi les poissons.» Jean Egen - Les Tilleuls de Lautenbach
Klar sind sie Franzosen, die Elsässer. Sie sind Franzosen, wie die Walfische Säugetiere sind. Wale leben in anderer Umgebung als Tiger oder Giraffen. Der elsässische Franzose lebt in einer ganz anderen Umgebung als der Franzose in der Touraine oder im Poitou. Man könnte behaupten dass: Der Elsässer ist ein Franzose, der sich nur im deutschen Kulturbereich wohl fühlen kann, so wie der Wal ein Säugetier ist, dass nur unter Fischen leben vermag.
Jean Egen - Die Linden von Lautenbach
L'attachement au terroir aux coutumes des ancêtres serait-il vertu au Québec, vice en Alsace ?
Sollte die Bindung an die Heimat, an die Traditionen der Väter in Quebec eine Tugend - im Elsass aber ein Vergehen sein? Alfred Kastler Prix Nobel de Physique
préface Notre avenir est bilingue - Zweisprachig unsere Zukunft
SPROCH

Doch wenn uns ebber kummt un bi uns klagt dass d'Sproch vu unsre Vàter nit kat meege das sage wun in andre Sproche klingt, das wun im Harz schleht un wun unsri Seele macht iwerlauife inre grosse Stund, no schittle mir der Kopf, un unser Mülver ziegt sich nur e betzi iwrem Stüne. Wie soll denn d' Sunne schine in de Blinde ?
E jedes Volk hat d' Sproch wun às verdient, 
un holts fir si ke Kraft bi sine Dichter, 
no wurd si teig un zitig zum vergeh
so wie ne Äpfel fült im Winterschnee. 
Émile Storck (Melodie uf der Panfleet)

Mais si parmi nous quelqu'un en vient à se plaindre que la langue de nos pères est bien incapable de dire tout ce qui se dit dans d'autres langues, ce qui émeut les coeurs ou ce qui dans les grands moments soulève, submerge l'esprit des hommes,alors vraiment nous secouons la tête et notrebouche esquisse une grimace d'étonnement. Le soleil ne saurait éclairer les aveugles. 
Chaque peuple n'a que la langue qu'il mérite - 
et s'il ne puise pas des forces chez ses poètes, 
elle deviendra blette, bonne pour disparaître, 
pareille à une pomme qui pourrit dans la neige. 
(traduction J.-P. Sorg)