Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
3.jpg
AccueilAgenda 2017Informations récentesContactHistoriqueLina Ritter rencontresEntomologie (papillons)Emile StorckInfos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceLa vie de l'associationBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs, compositeurs indexLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique L'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'OrAdministration
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg2.jpg4.jpg5.jpg6.jpg7.jpg8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg florival informatique.png7.jpg
Proverbes, dictons, aphorismes, expressions et autres délicatesses
Sprìchwärter, Büreregle, Aphorisme, Redensàrte und àndri Delikàtesse
Richard Ledermann
D'r Hügstei ìsch unser un d' Behler sìn Brunser. A nous le Hugstein et les Buhlois sont des pisseux. (dicton guebwillerois)
D'r Hügstei ìsch unser un d' Gawilre sìn Brunser. A nous le Hugstein et les Guebwillerois sont des pisseux (dicton buhlois)
Gàng ge d' Schiwe butze uf 'm Hügstei, hàsch làng drà. Va nettoyer les fenêtres du Hugstein , cela t'occupera un bout de temps.
Iwer d'r Hügstei Les taons survolent
fliege d'Brame. le Hugstein.
Wenn sie drìwer sìn Une fois passé
no sìn sie dane. ils sont de l'autre côté. la leçon d'alsacien
P1000331.JPGP1000403.JPG

d'r groß Belche
d'r Klei Belche
P1000616.JPG
's Blüamethàl (le Florival) : florigeram vallem: c'est ainsi que le moine Fruland nomme au 11° siècle, dans une vie de Saint-Léger notre vallée. Si l'on en croit la légende, alors que l'Alsace découvrait le christianisme, une jeune femme parcourait, tenant dans une main un bâton de berger et dans l'autre une fleur, forêts et marécages qui composaient alors en partie notre région. Elle était d'une grande beauté, deux grandes nattes tombant jusqu'à terre ornaient son visage qui reflétait le lys et la rose, vêtue d'une tunique couleur jacinthe des bois, et portait à la ceinture une croix d'argent. Souvent il semblait qu'elle perçoive des voix étrangères venant des cieux que fixait son regard. Croisait-elle des hommes, elle leurs parlait du Christ rédempteur et de l'amour du prochain. Devait-elle croiser des guerriers en armes, elle s'adressait à eux : « Aimez-vous les uns et les autres ». Une lumière céleste l'entourait. D'où venait-elle, qui était-elle ? Nul ne le savait. Un jour elle traversa une vallée à chaque pas poussaient une herbe verte et des fleurs à perte de vue. Blüemethàl, c'est ainsi que les habitants appelèrent leur vallée.
“A Scheppale Wi un drèi Scheppale Wàsser gan àui a Liter“. Il était une fois, quelque part dans la vallée, une aubergiste bien indélicate qui avait pour habitude de couper le vin avec de l'eau. Après sa mort elle fût condamnée à hanter les eaux sombres du lac du Ballon. Les soirs d'été on peut, quand les autres esprits ne se manifestent pas, l'entendre répéter cette phrase qui a fait sa fortune terrestre et l'infortune de son âme : «Un quart de vin additionné à trois quarts d'eau font également un litre ».
As ìsch Watter zum Mìscht tràge. Un temps à porter du fumier : avant la mécanisation les marcaires portaient le fumier dans des hottes pour l'étendre sur les pâturages, ce travail dur semblait plus facile les jours où la luminosité, souvent annonciatrice de pluie, fait paraître les montagnes toutes proches.
A rüaihsàmmi Nàcht! Schnàrchle àss's kràcht. Une bonne nuit et ronfler à faire trembler les murs .(Guebwiller)
As ìsch niane natter, àss d' Soultz hìnter da Bratter. Nul endroit plus beau qu'à Soultz derrière les planches, ces planches font probablement allusion à la palissade derrière laquelle recevaient les filles de joies.
Ìn Soultz ìsch àm a Mìttwuch a groß Fascht, d' Wuch wurd geteilt. Le mercredi est jour de fête à Soultz, le semaine est partagée en deux... en réalité c'est jour de marché.
Ise un Pàppedeckel kumme nie z'samme. A Guebwiller Le fer, l'acier 's Ise (les habitants de la ville haute) ne se mélange pas au carton d'r Pàppedeckel (les habitants de la ville basse).
Ma heert z' Thierebàch lütte, as gìt ànder Watter. On entend les cloches de Thierenbach, le temps est à la pluie.
Redle, Mordfald, Guschtibarg schìcke d' Malker d' Wiwer uf d'r Mark.. Ce dicton nous rappelle que les marcaires du Roedlen, du Mordfeld et du Gustiberg vendaient fromage et beurre sur les marchés. D' Wiwer, les épouses quittaient les fermes tôt le matin, vers 5 heures, et descendaient à pied en menant l'âne tirant une carriole jusque dans la vallée pour remonter sur les chaumes dans l'après-midi.
Vu Soultz uf Gawiller brüchsch a güati Hàlbstund. Rennsch àwer wie d'r Müarbàcher Hund so brüchsch nur a Viertelstund. De Soultz à Guebwiller, il te faut une bonne demi-heure. Mais si tu cours comme le lévrier des seigneurs de Murbach, il ne te faudra qu'un quart-d'heure.
Wenn Wàsser Wi war, wu wotte d' wüanehmer Wiwer d' Wìndle wasche? Si l'eau était vin, où les femmes de Wuenheim pourraient bien laver les couches (le linge)?


Schloss Hügstei
D'r Belche verisst 's Gwìtter. Le Grand-Ballon déchire l'orage.
D'r Belche hàt a Tschapper à, as gìt ànder Watter Le Grand-Ballon est coiffé d'une casquette (nuage), le temps va changer.
As ìsch a Dunnderwatter uf'm Belche, mer asse morne Morge z'Nàcht. L'orage gronde au Grand-Ballon, on dînera demain matin : rien à manger ce soir, il faut attendre demain matin.
P1000766.JPG
Corneli a Mànn wìll i
A Mànn müass i hà
Sunscht kumme
m'r d' Schàwe drà.
Corneli a Mànn brüch i,
Ar màg hìnke oder stìnke
Isch'r bucklig oder krumm
Wenn i nur a Mànn bikum.
Die Kaiwe
Frasse m'r d' Hoor awag
Un d'r noch stànd i
do mìt d'r blut Schnack
Cette supplique à saint Corneille, quelque peu déformée, donne un apperçu de la richesse de notre dialecte qui n'a rien à envier à la langue Rabelais ou de Grimmelshausen. Nous refusons de traduire de petit joyau dialectal, le traduire lui enlèverait toute sa saveur. Une chapelle Saint-Corneille s'élevait à proximité de l'abbaye de Murbach, fêté le 16 septembre il était invoqué pour les hernies... et par les femmes en quête de mari.
Es war den Gecken allen kund:
Murbach hat einen schwarzen Hund,
Der Hat iren vill gebissen.
Das traurt noch mancher Geck im Land,
Das man ine tüt verwissen.
Ce poème de Léonard Ott, un des défenseurs de la place de Wattwiller assiégée en 1525 par les Rustauds venus du Sundgau rappelle la toute puissance de Murbach, ce Hund est le chien, un lévrier noir, figurant sur les armoiries de l'abbaye.
murbach-a.gif
Sànkt Gàngolph Kàppal
's = dàs