3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 20212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Abbé Charles BraunLina Ritter rencontresNathan KatzDaniel Muringer / Francis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerEntomologie (papillons)Infos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
L’observation et la collection d’insectes, en particulier de papillons, ont été une longue passion pour Emile Storck, naturaliste. En témoignent un extrait de l’inventaire de sa bibliothèque (rayon Nature) et surtout sa collaboration pendant dix ans (donc du temps où il habitait Digne, professeur au lycée de la ville, jusqu’à sa nomination à l’Ecole Normale de Guebwiller en 1951) au Bulletin de la Société Entomologique de Mulhouse.
 
Bibliothèque (sélection)
 
Adalbert Seitz, Die grosse Schmetterlinge der Erde, Stuttgart, 1914
Joyaux ailés, un atlas des plus beaux papillons du monde, Hachette, Stuttgart
Splendeur des papillons, Colette, Plon (Paris)
Léon Lhomme, Catalogue des lépidoptères de France, 1923-1935
Frédéric Schnack, La vie des papillons, éd. Stock (traduction)
Friedrich Schnack, Im Wunderreich der Falter, 1930
Dr Arnold Spuler, Die Schmetterlinge Europas, 1910
Musée entomologique des insectes, tome II Les papillons, 1877 éd. Rothschild
Der Schmetterlingssammler, Illustrierte Taschenbücher für die Jugend, Stuttgart
Das kleine Schmetterlingsbuch, in Insel Verlag, Leipzig
  BSEM (14 Bulletins de la Société Entomologique de Mulhouse)


Cliquez sur les liens ci-dessous pour afficher le document



Auroraveegele II   (Mel 66)
 
Kleiner Büe,
iwer was spannt
sich dini Hand ?
Iwer was druckt si sich züe ?
 
Papillon wiss un rot,
unte goldiggrien gflittert,
awer d’ Fàttig verknittert,
d’Farb los un halwer tot !
 
Lüeg wie n’er zittert un zuckt
un an de Finger tüet klàwe !
Hàttsch ne nit kenne loh làwe ?
Fir was hasch ne verdruckt ?
 
Hasch welle spile dermit,
dich an der Scheenheit fràie ?
Summerveegel un Màie
die vertrage das nit.
 
Scheenheit im Farwekleid
isch als gar schnàll verrisse !
Hil nit un mach dir ke Gwisse,
Machsch jo ‘s Beese nit zleid.
 
Lide ligt in der Natür,
Stàrwe un Todesneete
gheere zum Làwe wie ‘s Teete.
Mir kumme oi noch ans Tür !
             
                (Emile Storck,
                Melodie uf der Panfleet)
 
Papillon Aurore II
 
Sur quoi,
petit bonhomme,
as-tu étendu ta main ?
Sur quoi se referme-t-elle ?
 
Sur un papillon blanc et rouge,
le dessous miroitant d’un vert doré,
mais les ailes flétries,
les couleurs effacées, à demi mort !
 
Vois comme il tremble et tressaille
et reste collé à tes doigts !
N’aurais-tu pas pu le laisser vivre ?
Pourquoi l’as-tu écrasé ?
 
As-tu voulu le prendre pour jouet,
te réjouir de la beauté ?
Les papillons comme les fleurs
ne supportent pas ça.
 
La beauté dans sa robe de couleurs
est si vite déchirée !
Ne pleure pas et ne charge pas ta conscience,
ce n’est pas sciemment que tu fais le mal.
 
La souffrance est dans la nature,
mourir et les affres de la mort
font partie de la vie, tout comme l’acte de tuer.
Un jour viendra aussi notre tour.
                     
                      (traduction Jean-Paul Gunsett,
                      dans Par les fossés er les haies)
 
 
 
MAIAKAFER
 
Se sìnn àls gfloga z’Nàcht
Wia riesig kleina Starnla
Unter da Strosslàterna
Ìn d’r Vollmondspràcht
 
Mìr han sa àls vu da Baim dràbgschettelt
Wia Hàgel senn sa derno àwakèit
A Manker hamm’r schu a so verhèit
 
In Nàstiecher igwìckelt
In Kretzerladala igsperrt
Mit Nodla duragstocha àss sa noch schnüfa känna
Mainsch, d’Meischta sìnn jo schu verschreckt, verreckt.
 
Verzèih s uns, Maiakafer.
                                         Daniel Muringer (1979 )