3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 20212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Œuvre épistolaire (Correspondance)Abbé Charles BraunLina Ritter rencontresNathan KatzDaniel Muringer / Francis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerEntomologie (papillons)Infos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg J et E Storck tombe Joseph à Limoges Storck 2 frères Storck 2 frères âgés
Joseph Storck à Limoges
Les deux frères dans l'armée française en 1919
Les deux frères devant la maison familiale à Guebwiller
Cimetière de Guebwiller
Photo Claude Diringer
Texte de Joseph Storck sur « la poésie alsacienne ». Ce sont des notes prises en vue d’une conférence qui fut donnée à l’Ecole Normale, devant des stagiaires, le 21 avril 1977. Merci à Daniel Storck, qui les a retranscrites à partir d’un brouillon manuscrit, « parfois difficile à déchiffrer ». Ces notes présentent aujourd’hui un double intérêt historique. Elles témoignent de l’intérêt que Joseph Storck, ancien inspecteur d’académie attaché après-guerre à un enseignement immersif et intensif du français, portait cependant à la question de la place et valeur  du dialecte. Sans doute en pensée avec son frère Emile, poète, qui enseigna l’allemand dans cette Ecole. Et puis, on découvre quelle conception on pouvait se faire, à l’époque, de la littérature alsacienne. Il y a un peu plus de vingt ans. C’est peu et c’est beaucoup ! Que de changements et de nouveautés depuis ! Aujourd’hui on ne distinguerait plus entre dialecte et « langue de culture ». Puisque le dialecte est pleinement reconnu comme langue littéraire de culture régionale. Une langue de culture – de poésie, de théâtre -, qui n’est plus une langue populaire ? C’est le paradoxe. Quel avenir ?

Lire Joseph Storck, « La poésie alsacienne ».