3.jpg
AccueilHistorique des éditoriaux 2021-2019L'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 202220212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Œuvre épistolaire (Correspondance)Oeuvre entomologique (papillons)Abbé Charles BraunJean SchlumbergerLina Ritter rencontresNathan KatzDaniel Muringer / Francis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerInfos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
Visiteurs:
E jedes Volk hat d' Sproch wun às verdient,
un holt's fir si ke Kraft bi sine Dichter,
no wurd si teig un zitig zum Vergeh...
so wie ne Äpfel fült im Winterschnee.

Editorial 19 (22 novembre 2022)
 
Annonce de notre AG fixée au 3 décembre, en la salle Roland Wintzner du TAG. Invitation et programme, 
 
Récapitulation des actions et des événements (en ce 2e semestre 2022) :
a) Le samedi 2 juillet, l’association Heimetsproch un Tràdition a remis le Prix Charles Goldstein à Jean-Paul Sorg. Pour son engagement au service de la culture régionale, ses travaux d’histoire et de critique littéraire, en particulier ses traductions et commentaires de plusieurs œuvres d’Albert Schweitzer. Dans son discours de remerciement, tenu en grande partie en alsacien, le lauréat a exposé quelques réflexions sur la nature et la situation de la langue régionale. E Sproch schnüft in sinra Literàtür. Ma lehrt sa in dam àss me sa sprìcht un lìst un schribt un studiert / Une langue respire dans sa littérature. On l’apprend en la parlant, en la lisant, en l’écrivant et en l’étudiant. C’est là un principe pédagogique élémentaire, que des pratiques d’immersion dialectale dans des classes d’école maternelle ne doivent pas négliger par la suite. Emile Storck l’a dit avec éloquence dès 1957 dans son poème Sproch, souvent invoqué et qui nous sert ici d’emblème, mais on n’en a pas encore tiré toutes les conséquences pédagogiques pratiques… Une langue se meurt (se décompose), si son peuple ne puise pas des forces de régénération auprès de ses poètes… Justement !
b) Invitation à l’auberge du Bollenberg le vendredi 8 juillet, le soir, par un groupe de touristes allemands intéressés par la poésie et les traductions d’Emile Storck. Initiateur et organisateur : Pr Wolfram Golla, qui habite sur la rive droite du Rhin à Breisach-Niederrimsingen. Une vingtaine de convives bilingues, Herren und Damen, des docteurs, professeurs et ingénieurs. Il est intéressant de savoir que le nom d’Emile Storck et la poésie dialectale alsacienne ne leur étaient pas inconnus ou qu’ils s’en montraient curieux. Ceux qui venaient de régions non alémaniques d’Allemagne entendaient néanmoins et comprenaient, moyennant quelques explications ponctuelles, des poèmes comme Medio in vita, Auroraveegele ou une traduction de Verlaine Es hilt drin in mim Harz. Je leur ai parlé aussi des Deutsche Lieder eines französischen Europäers d’Alfred Kastler, prix Nobel de physique 1966, né à Guebwiller, dans la région du Bollenberg ! Ils découvraient. Une soirée réconfortante.
b) L’exposition Jean Egen « au-delà des tilleuls » à Colmar en septembre. Voir plus bas l’édito 17. Le jour de l’inauguration, le 27 août, discours de Mme Evelyne Tibloux-Egensperger. Lire la version intégrale ici dans rubrique Jean Egen, ainsi que l’article consacré à l’événement, paru dans L’Ami-Hebdo, le 25/9/2022.

c) Présence du Cercle à la Journée Forum des Associations organisée par la municipalité de 
Guebwiller le dimanche 4 septembre. Le stand était veillé par nos deux secrétaires, 
Daniel Haering et Claude Diringer, et par le président. Nous avons annoncé la Promenade 
littéraire dans le cadre de la Journée européenne du patrimoine, le dimanche 18 septembre, 
et pu prendre de nouveaux contacts. Nous en avons déjà parlé et nous y reviendrons.

d) La veille, samedi, au réfectoire de l’église des Dominicains, a été présenté 
solennellement l’ouvrage, commandité par la municipalité, Guebwiller, une histoire 
(Médiapop éditions). Un album soigneusement documenté et délicatement illustré et mis en pages. 
Le patrimoine littéraire de la ville ne manque pas dans le récit de cette histoire. 
De l’abbé Charles Braun à… Emile Storck. Deux poèmes figurent en pleine page, avec la traduction. Kleine Stadt (Petite ville), p. 105, d’Ernst Stadler (1883-1914), poète strasbourgeois-européen, un des fondateurs de la nouvelle poésie allemande expressionniste avec son œuvre majeure, Der Aufbruch (janvier 1914). Il s’était rendu plusieurs fois à Guebwiller et y avait découvert une « petite ville » à la fois industrielle, ouvrière, et viticole. Son frère, Herbert, y fut Kreisdirektor (sous-préfet) de 1913 à 1917.
Le deuxième poème de « paysage urbain » retenu, p. 133, est Schnee am Owe (Neige le soir) d’Emile Storck, extrait de Lieder vu Sunne un SchatteEs schnèit. / In fine Fàde un Stràhne / kèit / der Schnee iw’rem schwarze Trottoir àne. Ici il nous faut bien signaler une malheureuse coquille dans la 2e strophe. Il ne faut pas lire In Schnee, mais Im Schnee / sim Risle gsiht mer d’Latàrne / steh… Et, quitte à paraître insupportablement pointilleux, nous regrettons que l’intervalle entre les strophes n’ait pas été assez marqué. Autrement, tout est parfait et intéressant, dans ce très beau livre !


Editorial 18 (12 septembre 2022)
 
Les journées européennes du patrimoine (les 17 et18 septembre) nous ont donné l’occasion de proposer une promenade littéraire guidée dans les rues de Guebwiller.
Sur les pas des auteurs qui sont nés dans cette ville et y ont vécu un certain temps, à une époque où l’Alsace changea plusieurs fois de nationalité par la force de l’histoire.
Départ dimanche le 18 septembre à 14h30, rue Abbé Braun. Auteur du remarquable ouvrage, paru en 1866, Les légendes du Florival ou La mythologie allemande dans une vallée d’AlsaceVoir ici rubrique Abbé Charles Braun. Ouvrage heureusement réimprimé en 2001, éditions Nolin, et ainsi disponible, avec une préface de Francis Gueth et une introduction et postface de Gérard Leser. Ce que l’on sait moins, c’est que cet abbé de Guebwiller fonda en 1848, pendant la période révolutionnaire, un journal Der Katholische Volksfreund, qui existe toujours sous le titre L’Ami-Hebdo où nous nous avons pu faire paraître récemment des articles sur Emile Storck, Alfred Kastler, Jean Egen.
De la rue Abbé Braun, nous irons rue de la République, où nous nous arrêterons devant la maison natale de Jean Schlumberger (1877-1968), l’écrivain, fondateur à Paris de la nrf avec André Gide. Il a décrit sa jeunesse à Guebwiller jusqu’en 1892. Lire sa biographie Eveils, 1950, analysée ici sur le site.
A l’arrière de la Place St-léger, les maisons natales jumelées de Jean-Baptiste Weckerlin et de Pierre Bucher. De l’autre côté de l’église, l’Ecole Emile Storck. Pourquoi ce nom ? Cf. ici sous Eléments biographiques : « Dénomination Ecole Emile Storck », les explications d’un ancien instituteur de cette école, Maurice Emmencker.
Dans le bas de la ville, maison natale de Marguerite Gable-Senné, rue de la gare ; celle d’Emile et de Joseph Storck, rue des Arquebusiers ; celle d’Alfred Kastler, attenante au presbytère du temple protestant.
Au Parc de la Neuenbourg, nous imaginerons le professeur Emile Storck, agrégé d’allemand, qui s’y promenait après ses cours à l’Ecole Normale des jeunes filles donnés dans les salles du… Château.
A 17h, conférence et lectures, avec traductions commentées de l’alsacien en français, par Jean-Paul Sorg, qui montrera ce que l’on peut reconnaître de « la Région de Guebwiller » (pour faire  allusion à une parution récente) dans plusieurs poèmes et dans deux pièces dramatiques de l’écrivain Emile Storck, Der Goldig Wage (le lieu de la légende est le lac du Ballon)  et Maidle wiss im Felsetal (l’action se passe dans une ferme auberge, dans le haut Florival).

Editorial 17 (23 août 2022)
 
On va vers la fin août, l’été décline. Un nit wohr mer merkt scho um sich ume / e langsam un lislig Vergeh… (« L’on sent déjà autour de soi / comme en sourdine un lent déclin… » traduction Edgar Zeidler)
Soulagement presque. Car l’été fut particulièrement violent cette année, enflammé et sec. Une succession de canicules. Hundstag ! Der Pan hat in de Sunneresser / e Gschirr vu Flamme iwergschnallt (« Pan a passé un harnais / de flammes aux chevaux du soleil… » traduction Richard Ledermann)
On sait : le dérèglement climatique ! Tout le monde a constaté la chute dramatique de la population des papillons. Les cinq poèmes qu’Emile Storck a écrits il y a 65 ans (Melodie uf der Panfleet, 1957) sur Cyaniris, Tagpfauiauig (Paon du jour), Trürmantel (Vulcains,), Auroraveegele 1 et 2, et ses chroniques dans le Bulletin de la Société entomologique de Mulhouse, entre 1937 et 1947, sont de l’histoire, sont du passé ! Ils nous rappellent ce qui a disparu.
De même « le ballet des libellules ». On en surprend de moins en moins. Dàs Tànze vu de Libelle !
Trêve de mélancolie, fin août on prépare la rentrée. 3 annonces.
1) Exposition Jean Egen à Colmar, Pôle Media Culture Edmond Gerrer, 1 place de la Montagne Verte, du 27 août (inauguration à 11h, voir le carton d’invitation) au 1er octobre.
Conférence discussion sur le film, « Les Tilleuls de Lautenbach », par son réalisateur Bernard Saint-Jacques et Lucas Bléger, comédien. Le samedi 6 septembre, 14h 30.
Conférence-lectures : Jean Egen, l’homme tendre et l’homme révolté, par Jean-Paul Sorg et Martin Adamiec, le mardi 6 septembre, 18h 30.
Toujours au PMC, auditorium. Entrée libre. Voir ici documents sous Jean Egen.
2) Stand Emile Storck au Forum des Associations, le dimanche 4 septembre, Centre sportif du Florival, de 10h à 17h30. Entrée libre. Voir flyer  sous 2002. C’est une occasion de nous rencontrer et de découvrir nos productions littéraires.
3) Dimanche 18 septembre. Journée Européenne du Patrimoine.
A cette occasion le Cercle organise une Promenade littéraire à travers les rues de Guebwiller. Départ à 14h 30, haut de la ville, place Bourcart, à l’angle de la rue Abbé Braun. En marchant, nous passerons devant les maisons natales de Jean Schlumberger, écrivain, de Jean-Baptiste Weckerlin et Pierre Bucher, de Marguerite Gable, Emile Storck et Alfred Kastler. Présentation sur place des auteurs.
Arrivée vers 16 h au château de la Neuenbourg et son parc. Quand le Château abritait l’Ecole Normale de jeunes filles, le professeur agrégé d’allemand Emile Storck, y enseigna, de 1951 à 1962. Dans la salle de l’auditorium, 16h 30, conférence de Jean-Paul Sorg et lectures sur le thème : « La région de Guebwiller » dans l’œuvre poétique d’Emile Storck.
En croisement, bien sûr, avec l’ouvrage La région de Guebwiller loin des clichés réalisé par Mme Cécile Modanese, docteur en Histoire contemporaine, responsable du Pôle culturel et touristique de la Neuenbourg et du service Pays d’art et d’histoire de Guebwiller.
Au cours de cette promenade et avec la conférence-causerie-lectures, nous verrons un peu ce que la littérature nous dit de la ville, de son histoire et de son caractère.
(Des précisions sur le déroulement de la journée vous seront encore communiquées une semaine avant par la presse et par une lettre du Cercle à ses membres et sympathisants.)
Un + ici : Sous Mulhouse, âme et esprit, découvrir encore un poète singulier, Paul Drumm (1976-1960).

Editorial 16 (22 mars 2022)
 
Mars : l’antique (éternel) dieu de la guerre et le mois du printemps. A la guerre opposer la poésie et la parabole de l’amandier. « Mon frère l’amandier, parle-moi de Dieu. – Et l’amandier s’est couvert de fleurs » (Nikos Kazantzaki, Lettre au Greco).

Chez nous, dans le vignoble, à flanc de coteau, les amandiers fleurissent à la mi-mars. Emile Storck est 
encore sorti de la ville tard le soir et il a vu « à l’orée du bois tressée de fils d’or un petit arbre tout en rose 
qui explosait de milliers de fleurs ». Un wun ich noch üse bin geschtert spoot, / do isch am 
goldiwerspannte / Waldrand e Bàimle im Roserot / vu toisig Bliemle gstande 
(Lieder vu Sunne un Schàtte, März, et Par les fossés et les haies). Ce petit arbre – das Baimle – 
était l’amandier solitaire que l’on repérait de loin sur une hauteur du vignoble de Guebwiller. 
Il signalait en avance la venue du printemps.


Rendez-vous samedi le 2 avril à 14h 30, place de la mairie de Soultzmatt, au pied du vignoble (Zinnkoepfle). Découverte du sentier des poètes. Entdeckung auf dem Dichterweg. Lecture des poèmes en alsacien et en français. Animation musicale. Dégustation (Weinprobe) des vins du Zinnkoepflé et de la vallée noble. Une manifestation soutenue par la commune de Soultzmatt et Frieihjohr fer unseri Sproch.
Pièce jointe (affichette, Flugblatt) sous 2022.
Découvrir aussi, sous Nathan Katz, les souvenirs et une photo de Sylvie Reff qui avait rencontré le poète à Mulhouse en 1970.
La création des fêtes Frieihjohr fer unseri Sproch veut depuis 20 ans stimuler le désir d’Alsace et un désir d’alsacien. Rheinblick, le supplément hebdomadaire des quotidiens L’Alsace et DNA, titre aujourd’hui même : Regionalsprache : Neue Lust wecken. Et en page intérieure, un entretien avec Nicolas Matt, vice-président de la CEA chargé de la question du bilinguisme : Jugend als Motor für Zweisprachigkeit. En exergue : Bei den Jugendlichen muss der Appetit auf das Erlernen dieser Sprache geweckt werden und gleichzeitig bei den Älteren der Wunsch, sie weiterzugeben.
Vaste et noble programme! Les méthodes et les moyens sont divers. Il faut s’entendre et s’unir. Pour notre part, ici, nous proposons les voies du théâtre – se reporter à l’éditorial 15 – et de la poésie. Lire sous 2022 « Présentation et étude comparative de deux poèmes : Schnee de Nathan Katz et Schnee am Owe d’Emile Storck. Multiplions les exemples et les… actions.


Editorial 15 (7 mars 2022)
 
Crises et drames, avec les pires menaces, ne nous lâchent pas. Une pandémie mondiale nous a frappés et bloqués pendant deux ans. A peine semble-t-elle se résorber qu’une guerre épouvantable se déclenche, dont nul ne peut imaginer le terme. La menace d’une destruction nucléaire a été agitée. Fatalité de l’atome qui saute sur le chemin de l’humanité. Le poète (Emile Storck) l’avait dit (Dunkli Wihnachte, Lieder vu Sunne un Schatte, 1962) :
           ‘S Atom springt iwrem Menschewag
Notre modeste chemin ici est de continuer à pratiquer l’humanisme. Nous pouvons le faire localement en cultivant nos « humanités régionales », en lisant et en faisant connaître « nos » grands poètes dialectaux, qui ne sont pas moins universels en profondeur que d’autres à audience nationale et même supranationale. Nous apprenons dans leurs œuvres ce qu’est la nature humaine et des aspects de la condition humaine par temps de bonheur et, plus souvent, de malheurs.
Nous remercions les Amis de la Bibliothèque de Colmar de nous avoir donné la chance d’une conférence sur « Emile Storck et Nathan Katz, deux tempéraments poétiques »,  le samedi 12 mars, 16h, au Pôle Média Culture (PMC) Edmond Gerrer de Colmar.
Voir affiche et texte sous 2022.
Et un article « Idées pour un Conservatoire régional du théâtre alsacien ». Pour concrétiser ces idées, nous avons pris des contacts avec des responsables culturels et politiques de la CEA. Nous espérons des suites…
Découvrez aussi sous 2022 le nouvel état de notre Anthologie portative des poètes du Florival. Toujours à compléter, en vue d’un sentier des poètes dans notre ville et dans la vallée.
Sous Entomologie, un texte inédit en français : Un congrès lépidoptérologique au ciel. Etonnant, désopilant  sketch pour revue. Avis aux troupes !
Œuvre épistolaire : présentation de la correspondance entre Nathan Katz et Emile Storck et la correspondance avec Mme Yvonne Gunkel, actrice.
Voilà les premières nouveautés de cette année. Bientôt la tradition du Frieihjohr fer unsri Sproch. Notez: promenade sur le sentier des poètes de Soultzmatt, le 2 avril, 14h30. Une invitation détaillée vous sera envoyée, par un nouveau courriel et le site.



Chaque peuple n'a que la langue qu'il mérite
Et s'il ne puise pas des forces chez ses poètes,
Elle deviendra blette, bonne pour disparaître,
Pareille à une pomme qui pourrit dans la neige.


Émile Storck, (Melodie uf der Panfleet)
fleurs d'amandier Y. Gross
Photo Yves Gross
Stand Cercle E Storck le 4.9.2022
Photo Claude Diringer