3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 20212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Lina Ritter rencontresNathan KatzFrancis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerEntomologie (papillons)Infos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
Frieihjohr fir unsri Sproch
4 avril, vignoble de Soultzmatt. Annulé pour cause de covid.
 
Contre Coronavirus et autres pestes, la grande leçon de Pâques (Résurrection et printemps). Oschtre:
An alle Hirscht gehn nèii Blettle uf,
un Blüeme stehn uf jedrer Matt in Masse.
Der Himmel, blaui mit heitre Wulke druf,
kat sine Glanz un sini Fràid nit fasse.
 
Lire la suite, traduction, méditation et courriels.

Comment avons-nous vécu l’épreuve du confinement, qui a duré du 17 mars au 11 mai ? Dans certains villages, les cloches ont résonné tous les soirs à 18 heures.
Juli im Rabland  
 
 
Es glieiht e stumpfe Glanz am Waldrand noh :
der Summertag ligt brietlig uf de Ràwe.
Wie Bleidunscht hat sich’s schwàr uf d’Fahrwàg gloh,
un Flimmerluft verbrotet in de Gràwe.
 
Das isch die Zit wu vor em Sunnefir
d’Eglàssle sich verstecke in de Ritze
un Schàtte süeche in der Ràwemür
Wu Summerveegel gstiff un schlofrig sitze.
 
Es schmeckt noh Schwàwelblüescht un Vitriol,
Stauibwulke wirwle uf in dinne Süle,
un mànkmol rollt ’s un murrt ’s un rumpelt ’s hohl
am Kamm noh wun als d’ Hagelgwitter dühle
 
vor eb si bràche iwrem Ràwegrund
Mit Wulkewànd wie gàli Hàxekuche,
un zàmmeschlage in’re halwe Stund,
was d’ Rablit grichte hàn in lange Wuche.
         
                       (Emile Storck, Melodie uf der Panfleet)
 

Juillet dans le vignoble
 

Un éclat fatigué rougeoie le long de l’orée de la forêt :
le jour d’été règne fiévreusement sur les vignes.
C’est comme un bouillard de plomb qui pèse sur le chemin,
tandis que l’air qui vibre cuit dans les fossés.
 
C’est le temps où les lézards fuyant le feu du soleil
se cachent en s’engouffrant dans les fissures
et recherchent l’ombre près des murets du vignoble
sur lesquels reposent des papillons engourdis et somnolents.
 
Ça sent la fleur de soufre et le vitriol,
des nuages de poussière s’élèvent en fines colonnes
et de temps à autre ça gronde et grogne et sonne creux
du côté de la crête où les orages de grêle guettent
 
avant de venir abattre sur la terre de la vigne
leurs murailles de nuées comme des sulfureuses cuisines de sorcière
et détruire en moins d’une demi-heure
ce que les vignerons avaient préparé durant de longues semaines.
 
                  (traduction Albert Strickler, dans Par les fossés et les haies)
 
 
Deux événements


1) Samedi 12 septembre, à 16h30, conférence et lectures de Martine Blanché au PMC (Pôle Média Culture) de Colmar. Voir flyer ci-contre.



















2) Dimanche 13 septembre, à Guebwiller, au Centre sportif du Florival, de 10h à 18h, le Forum des associations. Le Cercle Emile Storck tenait un stand. Présents Daniel Haering, Claude Diringer et Jean-Paul Sorg.















Photo Claude Diringer 
Capture 00 M Blanché le 12.09.20 00 forum 13.09.20
       Pas de réunion, pas de sortie, pas d’AG non plus en cette triste année. Nous espérons dans le printemps. (Frieihjohr màcht sich mit Glauiwe un Hoffe). Mais tout de même
       4 publicationsdans lesquelles le Cercle était partie prenante,  ont jalonné cette année :
L’œuvre dramatique d’Emile Storck, par Martine Blanché, chez Jérôme Do Bentzinger Editeur, 33€. Présentation sous Œuvre dramatique.
Mathis Nithart et la guerre des Paysans, 1525, par Michel Krempper, chez Mulhousienne d’Edition, 20€. Présentation sous Œuvre dramatique.
Am And vom Liad, par Edgar Zeidler, éditions Tourneciel, 15€. Présentation et bulletin sous Edgar Zeidler.
Rupture et transmission, sous la direction de Dominique Rosenblatt et Gérard Schaffhauser, Edition Transverse, avec CD, 20€. Présentation sous Œuvre pédagogique.
Ouvrages disponibles à la Maison de la Presse-Librairie Richard, rue de la République à Guebwiller. www.presse-librairie-guebwiller.fr
 
30 août, dans L’Alsace, pages Guebwiller :
Annonce de l’arrivée d’un nouveau proviseur au Lycée Emile-Storck! Le lycée des métiers et des services, anciennement dit Lycée Hôtelier. Rectification le 1er septembre, deux jours après notre lettre d’étonnement et de protestation ! Il s’agit évidemment du Lycée Joseph Storck. C’est l’école élémentaire du haut de la ville, sise derrière l’Eglise Saint-Léger, qui porte le nom d’Emile Storck. Elle est spécialisée dans les classes bilingues.
Au fond, cette confusion d’un jour montre que dans la mémoire collective le nom d’Emile Storck, le poète, est devenu plus prégnant que le nom de son frère Joseph, l’inspecteur d’académie et maire, citoyen d’honneur de la ville, « juste parmi les nations ». Dans la biographie qui leur sera consacrée, on verra les parallèles et les croisements de leurs lignes de vie.
Documents de presse à l'appui L'Alsace 30 août et 1er septembre
 
In memoriam
 
   Paul Frick, dit Popaul. Décédé à Guebwiller le 23 octobre à l’âge de 89 ans. 
Figure rayonnante du théâtre alsacien et acteur, défenseur de l’identité alsacienne. 
Im Elsàss in dam scheena Lànd / wu me drinn so guet düat lawa. / 
Do drinn findsch doch àllerhànd. / Ebbis natters kàt’s nit gawa. / 
Doch ‘s Elsàss isch dàs Elsàss nimm / wun ‘s isch gsi vor viele Johre

Il n’avait pas quinze ans, quand il monta sur les planches du Bangala
au Cercle Saint-Léger, dont le restaurant était géré par ses parents.
 De là ce lieu pour nous « historique », nous l’avons choisi plusieurs 
fois pour nos réunions et nos agapes d’avant l’assemblée générale.
(Et coïncidence : Roland Egensperger, un petit-cousin de Jean Egen, 
vient d’écrire et de nous adresser ses souvenirs de ce que fut le Bangala
 dans les années 1950. Découvrez le texte sous Jean Egen.)

Frick Popaul, comme tout le monde l’appelait, devint un des 
principaux acteurs (cheville-ouvrière) du TAG (Théâtre Alsacien de Guebwiller) 
dès 1960 et il en fut le président pendant un quart de siècle, de 1980 à 2005, passant le relais à Jean-Michel Clavey, mais continuant à jouer et à écrire des sketchs pour les revues.
Se souvenir que le 4 avril 1965, un dimanche soir, le TAG a joué, sur la scène du Foyer protestant, Maidle wiss im Felsetal, un drame en trois actes publié par Emile Storck en 1962. En introduction, avant le lever du rideau, Paul Frick chanta de sa voix chaude quelques airs du folklore de la vallée. En 1978, le 15 avril, un samedi, pure soirée poésie. Récitants : Paul Frick et Roland Wintzner, en habits. Présentation et glose par Raymond Matzen. Titre dans les Dernières Nouvelles d’Alsace : « Une riche soirée à la mémoire d’Emile Storck, poète de l’essentiel ».
Un des grands mérites était d’avoir dans le cadre du théâtre fondé et développé pour les jeunes – et même quelques anciens - une école de dialecte. Elsassisch lehra fer ‘s Theàter… Conscient que le dialecte n’était plus transmis naturellement « à la maison », dans les familles, mais qu’il fallait lui ménager un avenir comme Sundigssproch peut-être, langue de culture et donc de théâtre, aussi de Witz, il voyait loin et avait su effectivement rajeunir ainsi la troupe.


    Jean Bader. Il s’est éteint à Buhl dans la nuit du 16 au 17 novembre, à l’âge de 92 ans. Notre association, dont il fut un membre de la première heure, se souvient de lui. Il l’avait soutenue dès ses débuts, car toute l’histoire du Florival le passionnait. Il avait notamment guidé une de nos sorties (Maibummel) dans la grande carrière au-dessus du vignoble de Buhl. « La vieille carrière. » Mer süecht vergàwez an de Halde / e Wagle wu mer an’re nohgeh kat. // C’est en vain que l’on cherche près des haldes / un chemin qui nous permettrait de la longer…
    Daniel Haering souligne que « citoyen emblématique et exemplaire de Buhl, il était la mémoire vivante de la vie municipale, sportive,  économique et culturelle de son village natal. Toujours disponible pour les historiens et les militants. Membre également de l’association Pro Hugstein, qui œuvre pour la sécurisation des ruines et leur attrait touristique.
Capture1