3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 20212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Lina Ritter rencontresNathan KatzFrancis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerEntomologie (papillons)Infos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
Nèijohr
 
Der Stundehàmmer kèit so schwar :
e Johr wurd bol bi andre si!
Mir kumme üs em Dunkle har
un lauife gege ‚s Dunkle hi.
 
Wàs hat uns ‚s àlte Johr denn gschankt ?...
Andlos schnurrt d’Zit im Ührgwind;
der Zeiger stigt, der Zeiger hankt,
in laare Garte geht der Wind.
 
E Armvoll Leid, e Hàndvoll Fraid,
viel Hoffnung un e wenig Glick…
Der Wind geht in der Dunkelheit,
dur‚s Schwàrze bohrt sich unsre Blick.
 
E Schatte steht am Gàrtegscheid
un wie n’e Schleier hankt dervor:
e Hàndvoll Fraid, e Armvoll Leid
un Hoffnung bringt uns ‚s nèie Johr.
 
So mecht uns doch der gietig Gott
Geduld fir noch zwei Monet ga.
Un wàs er sunscht noch mache wott
soll alles noh sim Wille gschah.          

(Emile Storck, Lieder vu Sunne un Schatte)



Nouvel an
 
Le marteau des heures tombe lourdement :
un an de plus bientôt va céder sa place.
De l’obscurité nous sortons
et vers l’obscurité nous allons.
 
Tout ce que cette année passée nous a donné !
Sans fin le ressort de l’horloge dévide le temps,
l’aiguille monte, l’aiguille descend et pend.
Dans les jardins nus va le vent.
 
Une brassée de peines, une poignée de joies,
beaucoup d’espoir et un peu de chance.
Le vent souffle dans l’obscurité
que notre regard transperce.
 
Une ombre se dresse au bout du jardin
et le recouvre comme d’un voile.
Qu’une poignée de joies, qu’une brassée de peines
nous apporte l’an nouveau et l’espoir par-dessus.
 
Que le Dieu de bonté nous donne malgré tout
la patience de tenir encore douze mois
et que tout ce qu’il nous réserve par ailleurs
se fasse selon sa volonté.

 (traduction Jean-Paul Sorg, décembre 2020)