3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 202220212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Œuvre épistolaire (Correspondance)Oeuvre entomologique (papillons)Abbé Charles BraunJean SchlumbergerLina Ritter rencontresNathan KatzDaniel Muringer / Francis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerInfos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
Schlumberger Jean
1877 (à Guebwiller) – 1968 (Paris)

Dans Eveils (1950, Gallimard), l’écrivain de la Nouvelle Revue Française est revenu sur ses années d’enfance et a décrit la ville industrielle de Guebwiller telle qu’elle lui apparaissait.

« Une longue rue épousant le fond de la vallée. A chaque extrémité, une place et une belle église de grès rose : en haut, de proportions parfaites, le vénérable Saint-Léger, avec ses trois tours romanes ; en bas, Notre-Dame, ruineuse folie des princes-abbés de Murbach et chef d’œuvre de ce que l’art classico-baroque est parvenu à façonner dans la dure pierre des Vosges. Un peu à l’écart, parmi les maisons, la svelte église des Dominicains dont la vaste nef sert de marché couvert. Mais sur toute cette architecture nos yeux d’enfant ne s’attardent pas ; rien ne les y rend attentifs. La vie moderne est ailleurs, dans les usines à cinq étages qui se dressent aux deux sorties de la ville. »
« Tandis que les cloches et les bourdons appelaient les foules à la messe, les « bonnes familles » allaient entendre le sermon dans une affreuse chapelle, tapie derrière le chevet de Notre-Dame comme une pauvresse dans les draperies d’une reine. » [C’était le temple protestant.]
 
Colloque sur « Jean Schlumberger et la Nouvelle Revue Française » à Guebwiller et à Mulhouse en décembre 1999. Actes du colloque réunis par Gilbert-Lucien Salmon, professeur à l’UHA, et parus chez L’Harmattan en 2004. Contribution de Jean-Paul Sorg sous le titre « Y a-t-il un éveil alsacien de Jean Schlumberger ? ». A lire : Jean Schlumberger Un éveil alsacien?