3.jpg
AccueilL'association - Statuts - ChronologieAlbum photosContactE. Storck Bio-et bibliographie 20212020201920182017Joseph Storck hommageStarculfus2016 Der Pfingstmontag et l'AG du 16 maiLes frères, Joseph et Emile (éléments biographiques)Œuvre poétiqueAUDIOTHEQUEŒuvre dramatique: E Summertrauim; Mathis NithartŒuvre pédagogique (Lebensfreude)Abbé Charles BraunLina Ritter rencontresNathan KatzDaniel Muringer / Francis KrembelJean EgenMarguerite Gable-SennéClaude VigéeMulhouse, l'âme et l'espritGeorges Zink et Michel ZinkEdgar ZeidlerEntomologie (papillons)Infos / liensAuteurs florivaliens et l'AlsaceBulletin onlineArticles journauxGlossaire d'Emile StorckAuteurs florivaliensLégendes,petites histoires du FlorivalDictionnaire toponymiqueDictons, proverbes , légendesDictionnaire Thématique Lieux d'AlsaceSpécialités alsaciennes Livre d'Or
Cercle Emile Storck
Emile Storck Kreis
Guebwiller
1.jpg 2.jpg 4.jpg 5.jpg 6.jpg 7.jpg 8.jpg
Emile Storck
Site Cercle_Emile_Storck.jpg 7.jpg
WIHNACHTE
 
Stàrnle schnèie, Flocke kèie,
lichti wissi Fàderflocke.
Engele wu Schneeblüescht strèie
gehn durch d‘ Nacht uf Silwersocke.
 
Kerze zinde, Goldhoor winde
Liecht im griene Tannebauim.
Kleini, grossi Kinder finde
was si gwunsche hàn im Trauim.
 
Mensche singe, Glocke klinge
in der Neeche, in der Wite.
Friede soll’s uf Arde bringe.
Gott zur Ehr fir alli Zite.
BARGWAG
 
‘S isch nur e Bàrgwàg in der Mittagsstund
wun in der Wald e grade Strich tüet risse,
un vor der Gipfelwand im Hintergrund
stehn d’ Tanne nàwe’m Wàg grad wie Kulisse.
 
Im Dunkle vu de griene Nodle molt
d’Awrillesunne glànzig heitre Meele.
Bàrgbüeche sin’s im erschte Frieihjohrsgold.
Mer meint mer kennt e jedes Blettle zehle.
 
Wurum han ich der Wald nie so gedànkt ?
Han ich der Bàrgwàg denn noch nie so gsàhne
dass hite ‘s Glick mir fascht mi Hàrz verspràngt
un Wehmüet mir in d’Auige sticht wie Tràne ?
 
Villicht isch mini Seel so iwergross
wil ich zum erschtemol noh lange Johre
mich sàlwer find uf dàre Sunnestross,
wil ‘s Harz mir kalt gsi isch un ganz verfrore.
                                        (Melodie uf der Panfleet)
CHEMIN DE MONTAGNE
 
Ce n’est qu’un chemin de montagne vers midi,
traçant à travers la forêt une ligne droite ;
à l’arrière, au pied de la falaise, les sapins
se dressent le long du chemin comme des coulisses.
 
Sur le vert sombre de leurs aiguilles
le soleil d’avril dessine de lumineuses taches,
qui viennent des hêtres vêtus d’un premier or printanier.
On croit qu’on pourrait en compter chaque feuille.
 
Pourquoi n’ai-je jamais vu la forêt ainsi -
et jamais ce chemin, à tel point qu’aujourd’hui
de bonheur mon coeur se fend presque
et que de peine des larmes me picotent les yeux ?
 
Mon âme, je pense, déborde tellement
parce que pour la première fois depuis tant d’années
je me trouve présent sur le trajet du soleil,
alors qu’avant je restais transi de froid, le cœur gelé.
                                          (traduction Jean-Paul Sorg)
HOFFNUNG
 
Hat nit e lisligi Amselfleet
drowe im Belzbauim geblose?
Horch wie n’e Zwisle durch d’ Gàrte geht!
Winzigi Blettle stosse
 
grien üs em Wissdorn am Ackersauim,
Ginsel un Veiele drucke
sich üs em Gras untrem Kirschbauim,
Immele fliege un Mucke.
 
Trink vu dàm neie Làwe so vil
as dini Sinne verlange!
Soll dini Seel sich den allewil
krampfe vor Ahne un Bange?
 
Hoffnung zittert im junge Lauib,
Sehnsucht singt in de Brinne.
Mach nur di Hàrz ganz wit uf un glauib!
’s Frieihjohr kummt oi in dir drinne.
                            (Melodie uf der Panfleet)
ESPOIR
 
N’était-ce pas la flûte d’un merle
là haut dans le peuplier ?
Écoute ce chuchotis qui traverse les jardins !
De minuscules feuilles jaillissent
 
vertes de l’aubépine qui borde le champ,
bugles et violettes émergent
de l’herbe sous le cerisier,
abeilles et mouches volent autour.
 
Désaltère-toi à cette nouvelle vie autant
que tes sens le demandent !
Faut-il donc que ton âme toujours se crispe
à force de mauvais présage et de crainte ?
 
L’espérance tremble dans le nouveau feuillage,
la nostalgie chante dans les fontaines.
Ouvre tout grand ton cœur et garde la foi !
Le printemps entrera aussi en toi.
             (traduction Richard Ledermann et Albert Strickler)
AURORAVEEGELE II 
 
Kleiner Büe,
iwer was spannt
sich dini Hand ?
Iwer was druckt si sich züe ?
 
Papillon wiss un rot,
unte glodiggrien gflittert,
awer d’ Fàttig verknittert,
d’Farb los un halwer tot !
 
Lüeg wie n’er zittert un zuckt
un an de Finger tüet klàwe !
Hàttsch ne nit kenne loh làwe ?
Fir was hasch ne verdruckt ?
 
Hasch welle spile dermit,
dich an der Scheenheit fràie ?
Summerveegel un Màie
die vertrage das nit.
 
Scheenheit im Farwekleid
isch als gar schnàll verrisse !
Hil nit un mach dir ke Gwisse,
Machsch jo ‘s Beese nit zleid.
 
Lide ligt in der Natür,
Stàrwe un Todesneete
gheere zum Làwe wie ‘s Teete.
Mir kumme oi noch ans Tür !
              (Melodie uf der Panfleet)
PAPILLON AURORE II
 
Sur quoi,
petit bonhomme,
as-tu étendu ta main ?
Sur quoi se referme-t-elle ?
 
Sur un papillon blanc et rouge,
le dessous miroitant d’un vert doré,
mais les ailes flétries,
les couleurs effacées, à demi mort !
 
Vois comme il tremble et tressaille
et reste collé à tes doigts !
N’aurais-tu pas pu le laisser vivre ?
Pourquoi l’as-tu écrasé ?
 
As-tu voulu le prendre pour jouet,
te réjouir de la beauté ?
Les papillons comme les fleurs
ne supportent pas ça.
 
La beauté dans sa robe de couleurs
est si vite déchirée !
Ne pleure pas et ne charge pas ta conscience,
ce n’est pas sciemment que tu fais le mal.
 
La souffrance est dans la nature,
mourir et les affres de la mort
font partie de la vie, tout comme l’acte de tuer.
Un jour viendra aussi notre tour.
           (traduction Jean-Paul Gunsett)
E Trauim
 
Ich trauim ich kumm in mini Heimet zruck
wie in e lààre Immestock e Imm,
mach an der Hüsgangtir der Rigel luck 
un gang an’s Zimmer wun ich d’Schlissel nimmm.
 
Un wie n’ich ufspliess un uf d’Tirfall druck,
do seit in minre Müeter ihrni Stimm 
so klar un ditlig dass ich zàmmezuck:
„Wurum kummt denn dà Büe so lang scho nim?“
 
In minre Seel schlet’s uf wie heissi Flamme.
Ich heer si lauife dert wu d’Portraits sin.
Wit riss ich d’Tir uf un rief: „Buschur Mame!“
 
Un wun ich inegang isch niemez drin,
nur ihre Bild hat glàchelt in sim Ramme.
Ich han noch ghile wun ich ufgwacht bin.         
                              ( Lieder vu Sunne un Schàtte)
Un rêve
 
Je rêve que je reviens chez nous à la maison
comme une abeille retourne dans une ruche déserte,
je pousse le verrou de la porte d’entrée
et vais devant la chambre prendre les clés.
 
Et comme je fais cliquer la serrure et tourner la poignée,
     j’entends la voix de maman
si claire et nette que je sursaute, elle dit :
« Pourquoi donc ce garçon reste-t-il parti si longtemps ? »
 
Mon âme s’agite, bondit et s’enflamme.
Je l’entends qui marche là-bas sous les portraits.
J’ouvre d’un coup la porte et crie : Bouschour Maman !
 
Mais quand j’entre dans la chambre il n’y a personne,
il n’y a contre le mur que son image qui sourit.
En me réveillant, j’étais encore en larmes.
                                       (traduction Jean-Paul Sorg)
SCHNEE AM OWE
 
Es schnèit.
in fine Fàde un Stràhne
kèit
der Schnee iw’rem schwarze Trottoir àne
un isch uf d’Stross un uf d’Stàgelàhne
verstrèit.
 
In Schnee
sim Risle gsiht mer d’Latàrne
steh
im e Flimmerkreis vu glitzrige Stàrne
un spirt der Tag in de dunkle Fàrne
vergeh.
 
Un wiss
wàre d’Stei an de Strosserànder.
Bis
am Morge sin d’Bàim wissi Monumànter
un d’Gràwle hàn langi silwrigi Bànder
vu Iss.
 
Es schnèit.
Gebuckt iwer Bàrge un Gàrte
knèit
der Owe mit sine Wulkehàrde
un ‘s isch wie wenn er Stille uf d’Arde
verstrèit.
                     (Lieder vu Sunne un Schàtte)
NEIGE LE SOIR
 
Il neige.
En fils et fines traînes
les flocons
tombent sur le noir trottoir d’en face
et sur la chaussée et les rampes des escaliers
essaiment.
 
A travers
le grésil de la neige on voit les lanternes
immobiles
dans un cercle d’étoiles qui crépitent
et au-delà dans les ténèbres on devine
le jour englouti.
 
Blanches
deviennent les pierres des rebords
et d’ici le matin
les arbres seront des monuments blancs.
Dans les caniveaux la glace
forme de longs filaments d’argent.
 
Il neige.
Penché par-dessus les montagnes et les vergers
le soir avec ses troupeaux de nuages
se prosterne
et c’est comme s’il dispensait la paix
sur la terre.
                                (traduction Jean-Paul Sorg)
AN E JUNGE DICHTER
 
Mach ‘s Dichte dir nit eifach wie e manke !
Am Wag in d’Kunscht stehn d’Blüeme nit so nooch.
Lüeg vor dir lige witi Fàlder broch
un ‚s git nur wenig Quàlle wu si tranke.
 
Wenn schwàr sich alli Dinger an dich hànke
un bàttle: gib uns Làwe in der Sproch
un Farb un Form un Glanz un lipf uns hoch –
no müesch uf Bàrge stige mit dim Dànke,
 
un owe müesch in bunti Felse kritze
was jedes Ding noch farblos in sich tràit
un müesch im Wort si Wàse üseschnitze
 
un anestelle müesch’s im Sunnekleid,
so dass es kat in warme Strahle blitze
wie wenn dü’s schaffe wottsch fir d’Ewigkeit.
                        (Lieder vu Sunne un Schàtte, Prolog)
A UN JEUNE POETE
 
Ne choisis point la voie la plus facile!
En art les fleurs ne sont pas bon marché.
Regarde ces vastes champs desséchés
- peu de sources pour les rendre fertiles.
 
Quand toutes choses au monde se raccrochent
à toi et supplient: sors-nous de la lie
et donne-nous couleur, forme, éclat, vie,
tu gravis la montagne la plus proche
 
et là-haut sur des pierres tu griffonnes
pour te délester de ton poids d’idées,
extraire ce qui dans les mots rayonne,
 
leur essence, leur noyau habillé
de lumière, que tu présentes comme
si tu travaillais pour l’éternité.
                                (traduction Jean-Paul Sorg)
Haut-parleur Haut-parleur Haut-parleur Haut-parleur Haut-parleur Haut-parleur Haut-parleur